karl et vincent Index du Forum
karl et vincent
Karl et Vincent
 
karl et vincent Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Jour 1 ::
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karl et vincent Index du Forum -> karl et vincent -> Coin Ecriture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vincent
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 82

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 21:01 (2011)    Sujet du message: Jour 1 Répondre en citant

On rentre en physique, et bien sûr tout le monde se fout de Karl.

Jenny: Les Belges devraient être dispensé de sport automatiquement pour éviter les accidents.
Natacha : C'est clair !
Thomas: Arrêtez les filles, le pauvre il s'est fait attaquer par une feuille morte ! Il a du avoir mal !
Célia: Je vais faire un article du tonnerre !
Alphonse: J'aurais le droit de le lire avant tout le monde ?
Célia : Rêve !!! Par contre tous renseignements est le bienvenue !
Moi : Tu veux dire n'importe quel ragot du moment que tu puisses de foutre de quelqu'un publiquement.
Célia: Qu'est qui lui arrive?
Jenny : Je sais pas je crois qu'il est tombé amoureux du nouveau...

Je n'ai pas le temps de répondre que Karl fait son apparition une belle bosse sur le crane. Mamagoudou sort une feuille morte de son sac et la pose discrètement par terre tout en disant :

_ Vas y jolie feuille et cette fois ne le rate pas !

Sa blague stupide en fait quand même rire quelque uns. Wahou que de grands humoristes dans cette classe ! Peu importe. Le prof est un vieux qui est simplement pressé d'être à la retraite. Il est moitié sourd et ne prend plus la peine d'écrire quoi que ce soit au tableau il parle pendant une heure et on doit noté ce qui nous semble important car il ne reviendra pas dessus. Des fois je me dis que j'ai de la chance car j'enregistre très vite. Alors que d'autres étudie comme des malades pour obtenir un malheureux 10.

Karl et Sylvia sont en train de discuter. Je me demande bien ce qu'ils peuvent se raconter. Au final, je crois que j'ai bien fait de "m'accopiner" avec lui. Il est tellement naïf que je pourrais faire de lui ce que je veux sans aucun problème...


Dernière édition par Vincent le Ven 10 Juin - 15:54 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 8 Juin - 21:01 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vincent
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 82

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 21:02 (2011)    Sujet du message: Jour 1 Répondre en citant

Pour se taper une sainte nitouche rien ne vaut  « l’amitié » d’un crétin. 

Moi : Ca te dis que je te ramène?
Karl : Mais c'est que... Je veux pas te faire faire un détour... 
Moi : Ca me dérange pas, et puis, plus je rentre tard, moins je vois mon père... 
Karl : Ah? Bah ok, merci. 

 Karl me suis jusqu’à ma voiture, il a l’air impressionné par ma bagnole. Du moins je crois, il la regarde bizarrement. I

 Moi : T'habites où? 
Karl : 123 rue Pépin le bref, c'est après les centre commerciaux. 
Moi : Merci je sais où c'est... J'habite au 125! 
Karl : Non!!!! Il lui en faut pas beaucoup pour être ébahi
Moi : Si!!!! Je ne peux pas me foutre de lui directement mais un peu d’ironie ne fait pas de mal. Surtout qu’il est trop bête pour la comprendre…
Karl : Alors on est voisins, c'est génial! Ouah quel sens de la déduction !
Moi : Ouais super... 
Karl : En tout cas c'est gentil de me proposer de me ramener surtout que t'as aps forcément passé une bonne journée vu comme le prof de math s'est acharné sur toi/ 
Moi : Ouais, moi et mon père, c'est une grande histoire d'amour... 
Karl : Un peu comme le prof et toi quoi?  Des fois je me demande s’il est vraiment stupide ou s’il le fait exprès…
Moi : Ca doit pas être facile d'être bête comme ça. 
Karl : Bah il est quand même devenu prof. 
Moi: Putain, on est pas arrivés... 
Karl: Si regarde, on y est presque... Ah!!!!!!! Ma godasse!!!!!!!! Non cette fois pas de doute il est con !!!
Moi : Le prof de math c'est mon père! Faut tout lui expliquer pas à pas comme à un gosse !
Karl : Bah dis donc, vous êtes bizarre dans cette famille... 
Moi : Pas bizarre, c'est juste un connard. Puis qu'est-ce qu'elle a ta godasse? 
Karl : Je l'ai cachée derrière une poubelle... Original…
Moi : Le con! C'est pour ça que t'es arrivé qu'avec une seule chaussure?? Pourquoi tu l'as foutue derrière une poubelle? Pour marquer ton territoire? 
Karl : Non, pour pas qu'on me la vole. Putain je crois que ça va pas être facile de devenir pote avec un blaireau pareil !
Moi : D'accord je comprends. 
Karl : J'irai la chercher demain. 
Moi : Je te prends aussi demain matin si tu veux. Allez on remet ça, soyons fous ou un petit peu mazo !
Karl : Ok, merci, à pied c'est un peu loin en plus... 
Moi : Bon. A 8h15 devant la maison. 
Karl : Ok, merci encore à demain...

                La journée se termine. J’aurais envie de dire enfin, mais Marc sera là pour me rappeler que la soirée peut être très longue. Maman n’est pas dans la salle à manger, étrange. D’habitude elle guète à la fenêtre. Je l’appelle. Pas de réponse. Ce n’est pas normal. Je monte, sa chambre est vide. Alors un peu d’espoir jaillis en moi, elle serait sortie faire des courses ? Elle n’a pas mis le nez dehors depuis près d’un an ! Heureux de ma conclusion, j’entre dans ma chambre. Et merde ! Quel optimiste à la con je fais ! Maman est assise sur la chaise devant mon bureau, elle regarde les trois photos accrochées sur le mur en face d’elle. Elle est en train de pleurer. Je remarque également qu’elle a une main en sang.

_ Maman ?
_Ca fait un an, ça fait un an…
_ Il est justement temps de reprendre notre vie comme avant.
_ C’est son triste anniversaire.
_ C’est dur je sais, mais je suis là pour toi. Qu’est ce que tu as fait à la main ?
_ Ca fait un an… Un an… Un an !!! Elle se met à hurler Une putain d’année !!!
_ Suis moi, on va panser ta blessure.

                Je la force à me suivre dans la salle de bain. Il y a du sang partout dans l’évier et une lame de rasoir souillé de rouge sur le rebord de l’évier. Putain man qu’est que tu nous as encore fait ! Je lave sa main, elle s’est scarifiée le chiffre un dans la paume de la main. Je l’oblige à prendre un calment et l’allonge dans son lit et je lui parle jusqu’à ce que mes paroles la berce.

_ Les tournois de football au lycée vont bientôt commencer. Et tu te souviens je t’avais dit que j’étais le capitaine de l’équipe ! Je vais mener l’équipe à la victoire ! Tu seras fière de moi ! 
_ Une misérable année si longue…
_ Avec mes très bonnes notes au lycée et mon talent sportif  toutes les portes des grandes écoles me seront grandes ouvertes ! Je serais le premier de ma promotion ! Comme ça tu verras que ton fils te mérite ! Tu me donneras un sourire ! 
_ Ca fait un an que je ne sourie plus. Je ne veux plus sourire.
_ Tu verras ! Tu l’oublieras. Tu auras tellement d’étoiles dans les yeux en regardant ton fils que tu l’oublieras !
_ Un an…

                Elle s’est endormie. Je ne pensais pas que ce serait difficile autant de temps. Mais je n’ai pas peur, je sais qu’un jour elle tombera des nues d’avoir un fils si formidable qu’elle ne sera plus triste. J’ai besoin de me détendre un peu, pour ça rien de mieux que le sexe. J’appelle ma copine. Fait chier elle ne répond pas. Pfff ce n’est pas le moment de faire le mur, quand Marc verra la main de maman il va me le faire payer. Alors si il s’aperçoit que je n’ai pas passé la nuit à la maison pas la peine d’y penser. Je balaye mon répertoire du regard. Personne ne serait près à passer par ma fenêtre pour passer du bon temps. Je rappelle ma copine. Répondeur. Fais chier. Alors j’appelle Sylvia, si je la veux dans mon lit il ne faut pas que je la lâche !

 _ Allo ?
_ Coucou Sylvia !
_ Pourquoi tu m’appelles ?
_ Je ne sais pas trop comment dire ça. Je prend un ton mélancolique ça marche toujours avec les filles.
_ Qu’est ce qu’il se passe tu as une petite voix ?
_ J’ai besoin de parler à quelqu’un et je ne savais pas qui appeler. Je ne voulais pas appeler Thomas. Et j’ai regardé mon répertoire et je crois que tu es la seule qui puisse m’apaiser un petit peu.
_  Je serais une oreille attentive, explique moi tes malheurs.
_ C’est ma mère, elle ne va pas bien. Elle est en pleine dépression depuis trop longtemps déjà. 
_ C’est dû à quoi ? Il ne faut pas que je lui parle de l’accident, ca pourrait la refroidir à l’idée de baiser avec moi.
_ Je pensais qu’elle allait mieux. Et ce soir quand je suis rentré elle était complètement déprimée…
_ Je ne sais pas trop quoi te dire. Si je peux faire quelque chose pour te réconforter.
_ Ta voix m’apaise. Une étreinte dans tes bras pour me réconforter serait parfaite, mais ce n’est pas possible tout de suite. Putain comme je suis trop fort ! Je vais me la faire c’est sur !!
_ Je garderais une pensée pour toi. Il faut que je te laisse ma mère m’appelle. A demain ! Bon courage !

_ J’ai hâte de vous revoir ! Toi et ton sourire chaleureux ! Ou devrais je dire toi et ta paire de miche !


                Mon père arrive. Je ferme la porte de ma chambre à clé. Comme je m’y attendais une paire de minutes plus tard il tente d’entrer. Constatant qu’il ne peut pas, il me hurle dessus à travers la porte me traitant de pourriture, de lâche et tout ce qui s’en suit. Je sais que je ne l’emporterais pas au paradis. Et c’est pourquoi je ne vais pas supporter les cris de Marc longtemps, je mets des boulequies et m’installe dans mon lit. Tant pis pour ce qui est du sexe se sera sans fille, juste moi et ma main…


Revenir en haut
Karl


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 77

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 21:30 (2011)    Sujet du message: Jour 1 Répondre en citant

A la sortie de cours, Sylvia me fais furtivement la bise et s'en va. Célia s’approche de moi d’un pas déterminé :

- Salut.
- Bonjour.
- Je m’appelle Célia, on a du te parler de moi, je suis la rédactrice en cherf du journal du lycée.
- Ah oui.
- Et toi tu es Karl ?
- Oui, tu t’en souviens ?
- Non, je l’ai vu écrit sur ton cahier. Bref… je me demandais juste si c’était possible que je fasse sortir un papier sur toi… Ou plutôt non. Je VAIS sortir un papier sur toi. Donc a toi de voir, ou tu réponds à mes questions ou j’invente les réponses.
- Pourquoi moi ?
- Parce que t’es nouveau, belge, et très étrange ! Ca devrait le faire.
- Alors d’accord.
- Bon, bah on verra ça demain, bye.

Elle s’en va. Moi je sors de la salle, là Vincent m’aperçoit et me fais signe de la main. Je court vers lui, faudrait pas qu’il décide de plus m’appeler… Il me propose de me ramener. Mon cœur implose tellement je suis content. En plus, il se trouve qu’on est voisins lui et moi ! Le monde est petit. Puis, comme il vient de me dire que notre prof de math et son père, je suppose que lui aussi c’est notre voisin. Quoi qu’il en soit je suis super content que Vincent ait été aussi cool avec moi. Je lui fais signe de la main et le regarde rentrer sa voiture dans son garage. Moi je fais le tour de la maison pour récupérer un trousseau de clé que mon père cache dans un pot de fleur. Elles sont bien là. Je ne les connais pas encore par cœur, je me demande laquelle ouvre quoi. Finalement je tombe directement sur la bonne clé ! Génial. Je rentre dans la maison et jette mes affaires sur le fauteuil. Puis je retire ma veste. La bouffe dessus à séchée, je vais la laisser tremper dans le lavabo. Comme ça je la frotterai puis elle séchera pendant la nuit, et je pourrai la remettre demain. Je vais donc dans la salle de bain. C’est là que, collé sur le miroir, mon père vient de me laisser un mot : « Je dîne avec les collègues ce soir, fais toi à manger mon grand, et ne te couches pas trop tard. » Ah. Bon alors, qu’est-ce que je vais bien pouvoir me faire à manger… Je vais dans la cuisine et commence à fouiller le frigo. Il n’y a pas grand-chose. Mon père n’a pas le temps de faire les courses, et avec ma rentrée, moi non plus. J’ai échangé mon numéro de téléphone avec Vincent, ça peut paraître idiot, mais ça m’as fait super plaisir quand il me l’a demandé. En plus de savoir qu’il vit juste à côté. C’est vraiment cool. Je vais me faire des pâtes carbo. Je regarde par la fenêtre dans la direction de la maison des Fabre. Je vois le prof de math arriver dans sa petite voiture. Il est au téléphone et est tout sourire, personne n’y crois vraiment. Puis, avant de rentrer dans sa maison, son visage s’assombrit encore. Brrrrrr, glacial ce type… Je mets le tablier de mon père pour préparer la carbonara, je l’ai lui acheté pour son anniversaire l’an dernier, dessus y a marqué « papa cuistot ». Ca m’as toujours beaucoup fais rire. Je prépare donc mon plat et vais m’installer devant la télé. Le salon est immense. Peut être un peu trop, juste pour deux personnes. Je mets Disney Channel. Je pourrais y rester des heures, c’est ma chaîne préférée. J’espère recevoir un texto de Vincent, mais celui-ci ne viendra sûrement pas. Mais y a pas de mal. J’aurai du demander celui de Sylvia… Ou de Marie… Non… Sa aurait fait genre, le gars qui veut trop se faire des amis. Je reste là, à regarder Hannah Montana, puis je finis par m’endormir devant la télé. Ce n’est que deux heures plus tard que mon père me réveille. Alors, je rejoins mon lit en titubant et me jette dessus, tel un catcheur. Et là, pas le temps de dire ouf, que je dors déjà.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:50 (2018)    Sujet du message: Jour 1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karl et vincent Index du Forum -> karl et vincent -> Coin Ecriture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Horizon-2.0 © par Søldat & Micriz